LA MORT (d')AGRIPPINE

À 12h05

Durée : 1h40
à 12h05 : du 6 au 29 juillet - Relâches : 9, 16, 23 juillet

 Réservations

+33 (0)4 90 86 74 87

 Théâtre
Langue française
Tarifs
  • Abonné15 €
  • Plein tarif22 €
  • Enfant (moins de 12 ans)8 €
  • Réduit 15 €

Moyens de paiement acceptés

     

CHÊNE NOIR (THÉÂTRE DU) - Direction Gérard Gelas

8 bis, rue Sainte Catherine
84000 - Avignon - Localiser sur la carte

Nom de la salle : Salle Léo Ferré
Nombre de places : 288

  • Climatisation
  • Fauteuils

Première à Avignon

Résumé du spectacle

Au théâtre, nous savons que ce que nous regardons et écoutons n’est pas « vrai » ; que c’est, précisément, « du théâtre ». Mais cela, à peine le savons-nous que nous acceptons, que nous décidons d’accepter, de le tenir – momentanément – pour vrai.

Certains aventuriers du théâtre ont tenté de perturber cette tranquille « foi » seconde. Brecht, par exemple, n’a cessé de nous rappeler tout le long de ses pièces, que nous étions au théâtre. Shakespeare avant lui, par, disons, son « humour métaphysique », mais aussi bien Pirandello, ou Pinter, et quelques autres, l’ont fait aussi, à leur manière… Mais nul comme Cyrano de Bergerac dans LA MORT (d’) AGRIPPINE.

Ici, nous ne cessons d’apprendre, chaque scène détruisant notre foi en la précédente, que ce qui vient de se dire n’était pas « vrai ». Que les « personnages »… mentaient. Tous, tout le temps. Même, peut-être, quand ils avouent qu’ils mentent ! Tout se passe, ici, comme si ces « personnages » n’étaient pas plus « vrais », quand ils parlent, qu’un acteur, maquillé et costumé en Hamlet, n’est « vraiment » quelqu’un qui s’appelle Hamlet. Ici, les personnages, les personnages eux-mêmes, sont, en même temps que les personnages qu’ils sont, les acteurs de leurs personnages. Cela est nouveau. Radicalement. Et cela date du XVIIème. C’est le miracle Cyrano.

Dans LA MORT (d’) AGRIPPINE, le personnage tragique n’est pas Agrippine ; ni Séjanus, ni Tibère, ni Livilla, c’est… la croyance du spectateur. C’est la croyance. C’est croire. Cyrano est athée. (Au XVIIème, c’était plutôt dangereux, n’est-ce pas ; et c’est sans doute ce qui explique en partie que sa pièce soit restée maudite jusqu’à aujourd’hui, et, à très peu près, jamais jouée). Mais son athéisme, dans La Mort d’Agrippine, est total : ce n’est pas Cyrano qui est athée, ni tel personnage (même s’ils le sont), c’est l’écriture. Cet athéisme-là, cette non-foi en tous les dieux, nous laisse nus, ouvre sur la radicalité même de l’existence. Rien, absolument rien, de sûr à quoi croire.
Par l’humour qui toujours sous-tend tout grand théâtre, LA MORT (d’) AGRIPPINE (c’est l’œuvre d’un Shakespeare qui aurait joué à écrire comme Racine), sans rien chercher à prouver, nous met le nez sur les fondations les plus cryptées de l’art du théâtre. Et sur le théâtre comme la seule activité à pouvoir le faire.

Interprètes / Intervenants

  • Metteur en scène : DANIEL MESGUICH
  • Chorégraphe : CAROLINE MARCADET
  • Interprète(s) : SARAH MESGUICH, STERENN GUIRRIEC, REBECCA STELLA, JORDANE HESS, JOELLE LUTHI, YAN RICHARD

Compagnie Miroir et Métaphore
Coréalisation : Le Chêne Noir

2-1108838 Signataire de la charte du OFF

Production Miroir et Métaphore, Compagnie Daniel Mesguich. Coréalisation Thèâtre du Chêne Noir. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication

Avignon Festival & Compagnies
Siège social : 24, bd Saint-Michel - 84000 Avignon
Standard : +33 (0)4 90 85 13 08

SIRET : 489 918 458 00030
APE : 9499 Z
TVA intracommunautaire : FR 374 899 184 58
Licences d'entrepreneur de spectacles vivants : 1-1094141 / 2-1094106 / 3-1094107