La clairière du Grand n'importe quoi

À 16h35

Durée : 1h15
à 16h35 : du 5 au 27 July - Relâches : 7, 14, 21 July

 Réservations

+33 (0)4 90 03 01 90

 Théâtre
Langue française
Tarifs
  • Abonné11 €
  • Plein tarif16 €
  • Réduit (Chômeurs, étudiants,) 11 €
  • Jeune abonné.e 12/25 ans - 22/28 juillet 10 €

Moyens de paiement acceptés

     

ARTÉPHILE

5 bis, rue Bourg Neuf
84000 - Avignon - Localiser sur la carte

Nom de la salle : Salle 2
Nombre de places : 62

  • Accès PMR
  • Climatisation
  • Gradins
  • Banquettes

Auteur :

Alain Béhar

Première à Avignon

Résumé du spectacle

C’est un conte, un récit à conter seul ou à plusieurs selon les jours, sur un plateau ou sous un arbre, entre théâtre et performance. Une épopée un peu dingue, un récit géo-poétique, on va dire, vaguement visionnaire, foutraque ou en colère ou politique… Il y est question entre autres choses d’une Afrique (des Afriques d’un peu partout) fantasmée, de catastrophes à soi ou planétaires en tous genres, d’un temps saturé d’informations qui se mélangent, d’images et d’actualités, de gens qui migrent vers l’imaginaire et d’un grand bateau en papier (entre l’Arche qui sauve et La croisière s’amuse) qui accueille tous les métissages. On y navigue sur une mer de lait. C’est à rire et à pleurer, en même temps. Il semble que la terre y tourne de temps en temps dans l’autre sens et autour d’autre chose. On s’emploie donc joyeusement à reconsidérer le sens qu’on donnait avant au mot " sens » et on s’en va, vers une improbable clairière au milieu du grand tout, dans la forêt de ce qu’on en sait déjà. Et la couleur gagne le blanc. On croise en chemin des Berbères du Vietnam plus ou moins LGBT, des Kabyles islandais aristotéliciens, des Peuls pops de Venise, des Zulu du Tibet troisième génération, des Inuits burkinabés, le club des chirurgiens togolais intérimaires du Mississipi, les Ivoiriens d’Oulan-Bator et les cadres supérieurs de Djibouti en disponibilité, les Lumbu ou Baloumbou délocalisés, des surdiplômés Bantous en fin de droits, les Bakwiri, Bambala, Bandjabi, Bandjoun, Bangangulu, Bangwa, Batawanas ou Tawanas, Bayaka, Bazimba, Bikélé, Bobilis, les Mousgoum, les Ngaré ou Ngati, des pêcheurs malgaches du Malawi, les Holoholo de Vancouver, la communauté tanzanienne du Maroc à Toulouse… Et tout se passe très bien.

Avec les regards croisés de Montaine Chevalier, Benoist Bouvot, Isabelle Catalan, David Malan, Juliana Béjaud, Suzanne Joubert, Jesshuan Diné, Gilles Masson …

Interprètes / Intervenants

  • Interprète(s) : Alain Béhar
  • Collaboration artistique : Marie Vayssière
  • Lumière : Claire Eloy
  • Son : Pierre-Olivier Boulant
  • Dispositif scénique : Cécile Marc
  • Costume : Elise Garraud
  • Diffusion : Jérôme Tisserand

Compagnie Quasi

2-1048237 Signataire de la charte du OFF

Production : Compagnie Quasi.
Coproductions : Théâtre du Bois de l’Aune/Aix en Provence, Pôle Arts de la Scène- Friche Belle de mai/Marseille, Les 13 vents-CDN de Montpellier, Théâtre + Cinéma-Scène Nationale du Grand Narbonne, Le théâtre du Périscope/Nîmes,
Alain Béhar est en résidence d’auteur à La Fabrique du Théâtre des 13 vents CDN Montpellier
Soutien : Occitanie en scène.
Quasi est conventionnée par la DRAC, subventionnée par la Région Occitanie et le département de l’Aude.
La pièce est édité aux éditions Espaces 34